L'étude PoSH

Objectifs/buts de l'initiative ; Pourquoi est-ce important

Objectifs/buts de l'initiative ; Pourquoi est-ce important

Résumé

L'objectif principal de l'étude PoSH est d'évaluer la performance sur le terrain de deux doubles tests de dépistage du VIH et de la syphilis (à partir d'échantillons de sang entier prélevés au doigt) par rapport aux tests standard de dépistage du VIH et de la syphilis (à partir d'échantillons de sérum). Les objectifs secondaires comprennent l'évaluation de l'acceptation de la TPOC par les participants et l'évaluation de l'impact sur la gestion des cas de syphilis et de VIH parmi les populations à haut risque et difficiles à rejoindre.

La syphilis est une importante infection sexuellement transmissible qui, si elle n'est pas traitée, peut avoir de graves conséquences. L'Alberta est actuellement en proie à une importante épidémie de syphilis infectieuse. De nombreux cas de syphilis dans cette épidémie se sont produits parmi des populations qui sont difficiles à rejoindre par les services de soins de santé standard, comme les personnes vivant dans la rue. Des cas se produisent également dans les zones rurales et éloignées où l'accès aux services est également limité et peut entraîner des retards dans le traitement. Dans de nombreux pays, pour la syphilis, le dépistage au point de service (DPS) est largement disponible pour le diagnostic et le traitement au point de service. Il existe plus d'une douzaine de tests disponibles dans le commerce international, mais aucun n'est approuvé au Canada.

En revanche, le DPS du VIH est disponible au Canada depuis 2006. Le DPS pour la syphilis et le VIH offre la possibilité d'un accès immédiat et rapide au dépistage et, dans le cas de la syphilis, à un traitement immédiat. Le traitement immédiat peut prévenir les complications de la syphilis chez la personne infectée et limiter la propagation de la syphilis. Cette étude évaluera la performance et l'acceptabilité de deux traitements de rattrapage de la syphilis et du VIH sur le terrain au Canada. Leur utilité dans le traitement de la syphilis au point de service pour les populations qui ont accès à des services de proximité ou de soins aigus et dans les zones rurales/éloignées sera également évaluée.

les tests combinés pour la syphilis et le VIH au PS 

Région

National

FINANCEMENT D'INITIATIVES

Financement de REACH

FOCUS

Associer dépistage & soins

Liens médiatiques récents

Communiqué de pressede l'Université de l'Alberta

L'articledu Toronto Star

Télécharger
LEADS

Université de l'Alberta, Dr. Ameeta Singh

PUBLIC CIBLE

Prestataires de soins de santé proposant un dépistage de la syphilis et du VIH

l'importance particulière de cette initiative

La syphilis infectieuse augmente le risque d'acquisition et de transmission du VIH. Un diagnostic et un traitement précoces de la syphilis permettront d'éviter la transmission continue de la syphilis et donc du VIH. La PTOC peut également détecter des cas de VIH non diagnostiqués auparavant, ce qui permet d'établir un lien plus précoce avec les soins et la prévention de la transmission continue du VIH.

CALENDRIER / ÉCHÉANCIER DES OBJECTIFS

26 juillet 2020 - décembre 2021

PARTAGER CETTE INITIATIVE
INITIATIVE DE TÉLÉCHARGEMENT

"L'avantage, si ces tests fonctionnent, est que vous pourriez fournir un traitement lors de la même visite si le résultat du test était positif".

Ameeta Singh
professeur clinique de médecine à la faculté de médecine et de dentisterie et spécialiste des maladies infectieuses au Royal Alexandra Hospital et à la clinique des infections sexuellement transmissibles d'Edmonton.

Engagement significatif avec des personnes ayant des expériences vécues

Des consultations ont eu lieu avec les Affaires autochtones Canada ainsi qu'avec deux communautés des Premières nations de l'Alberta.

Marketing

Kit d'autotest INSTI VIH

RÉSULTATS

L'étude a débuté le 27 juillet 2020. Les résultats seront disponibles à une date ultérieure.

Résultats

Le recrutement des participants à l'étude qui sont des utilisateurs potentiels de l'INSTI HIV ST a été effectué dans trois provinces (Ontario, Manitoba et Québec) entre août 2019 et mars 2020. Au total, 767 participants ont été recrutés avant que l'étude ne doive être interrompue en raison de la COVID-19.

L'analyse primaire de l'efficacité auprès des 678 participants ayant effectué l'étude d'autotest sur le VIH a révélé un pourcentage de concordance positif de 100 % et un pourcentage de concordance négatif de 99,5 % en comparant les résultats valides de l'autotest à ceux de l'Abbott Architect.

L'indice global de convivialité pour les 708 participants ayant effectué l'autotest a été calculé à 91.8 % et l'indice de convivialité pour les étapes de la procédure d'autotest jugées "critiques" pour la réussite du test était de 92,4 %.

Il est important de noter que 5 des 6 participants qui avaient été identifiés comme non diagnostiqués comme séropositifs ont été arrimés aux soins avec succès à la clinique où le test a été effectué dans le cadre du protocole de soins standard avec le test VIH INSTI au PS.

Outre deux cliniques de santé sexuelle à Toronto, des données seront recueillies dans des établissements de Montréal, Saskatoon, Winnipeg et Victoria.

Les cliniques participant à l'essai ont été sélectionnées parce qu'elles s'adressent à des populations considérées comme plus exposées au VIH, notamment les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes, les utilisateurs de drogues injectables, les populations autochtones et les immigrants originaires de pays où le virus est répandu.

L'Organisation mondiale de la santé a recommandé aux pays de mettre en œuvre des stratégies d'autotest afin de réduire le nombre de personnes vivant avec le VIH non diagnostiqué.

"Il est essentiel de diagnostiquer les quelque 9 000 Canadiens qui ne savent pas qu'ils sont séropositifs pour les aider à accéder à des traitements qui prolongent la vie et prévenir la transmission de la maladie".

Sean Rourke,
neuropsychologue au Centre for Urban Health
Solutions à l'Hôpital St. Michael's, Toronto